Utilisation des cookies : En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le traitement de cookies destinés à des usages statistiques, publicitaires, techniques et en lien avec les réseaux sociaux. En savoir plus

Histoire du Blason

Un blason pour Franchevelle

Rompant avec la composition peu rigoureuse utilisée jusqu’à présent, les nouvelles armoiries de Franchevelle mettent en image son identité passée et présente.
 

Blasonnement

De gueules au chevron d’argent chargé de quatre burelles ondées d’azur, accompagné en chef de cinq étoiles d’argent en sautoir accostées de deux rameaux, de hêtre à dextre et de chêne à senestre, feuillés de trois pièces et fruités de deux, et en pointe d’un lis de jardin d’argent tigé et feuillé d’or, ses pistils de même. Couronne murale à trois tours, celle du centre figurant l’ancien colombier du château du lieu, le tout d’or ouvert et ajouré d’argent, les courtines et le colombier couverts de gueules. Soutiens : deux branches de myrtilliers de sinople fruitées d’azur passées en sautoir derrière l’écu.

Devise : FLOREAT SUB STELLIS.
 

Symbolique

La composition a pour base les armoiries de la famille de Mailly, dont a été conservée la figure principale, à savoir le chevron chargé d'ondulations : ces dernières rappelleront la richesse des ressources en eau locales. Le nombre des burelles d’azur a été porté à quatre pour rappeler les quatre principaux étangs du village : de la Maisonnette, du Varret, de Corbenay et de la Lova. En outre, le chevron découpe une pointe dans la partie inférieure de l'écu, qui évoquera l'ancienne motte féodale.

Un des trois lis présent dans les armoiries des Mailly a également été conservé afin de représenter sainte Vaudre : le lis est en effet le symbole de la chasteté, qui est la vertu qui a fait de Vaudre une sainte.

Dans la partie supérieure apparaissent deux rameaux, l'une de hêtre, l'autre de chêne. Ils sont tous deux figurés avec trois feuilles et deux fruits (faînes et glands) d'or afin d’évoquer l'importance naturelle et économique des forêts locales.

Les cinq étoiles en sautoir sont tirées des armoiries du dernier baron Bouvier, bienfaiteur de la commune, dont un lotissement porte le nom. On pourra également voir dans ces astres un rappel de l'amitié qui liait le général René Gavoille, de Franchevelle, à Antoine de Saint-Exupéry, célèbre auteur du Petit Prince.

La dominante gueules (rouge) et or (jaune) du blason communal est le reflet de la belle continuité chromatique observée dans les armoiries des familles seigneuriales qui se sont succédées à la tête du village : Faucogney, Auxelles, Leclerc de Corravillers, Henrion avaient toutes des armoiries construites à partir de ces deux couleurs.

Les communes qui le souhaitent peuvent surmonter leurs armoiries d'une couronne murale. Son dessin est ici adapté au contexte local : la tour centrale est l’ancien colombier du château, un de rares vestiges de ce dernier et surtout haut lieu de la vie municipale actuelle, puisqu'elle abrite la salle polyvalente.

Derrière l'écu sont croisées deux branches de myrtilliers, une production qui fait la réputation de Franchevelle au loin. La devise latine "Floreat sub stellis" s'inspire de la fleur et des étoiles du blason. Elle signifie "qu'elle soit florissante sous les étoiles", et fait allusion à la commune qui, souhaitons-le, continuera à connaître un développement harmonieux, grâce à des ressources naturelles exploitées avec sagesse.


Galerie photo